Emplois « d’avenir » (sic) : explications du vote de Patrice MARTIN-LALANDE

Patrice MARTIN-LALANDE a voté « contre » le projet de loi portant création des emplois d’avenir adopté par l’Assemblée nationale le 9 octobre.
Bien que partageant comme l’ensemble des parlementaires l’objectif d’apporter des solutions au problème du chômage des jeunes, le député de Loir-et-Cher a voté « contre » ce projet de loi pour 2 principales raisons :
1.    D’une part, s’ils peuvent présenter un expédient à très court terme pour certains bénéficiaires, il considère que les emplois « d’avenir » (sic) n’apportent aucune solution durable au problème structurel du chômage des jeunes, en particulier des jeunes peu ou pas qualifiés.
2.    D’autre part, en modulant les outils existants – le « contrat unique d’insertion », le « contrat d’insertion par l’activité économique » ou le « contrat d’insertion dans la vie sociale » pour les jeunes en plus ou moins grande difficulté –, il estime qu’il était possible d’accompagner les jeunes non qualifiés vers un emploi durable sans devoir financer une enveloppe supplémentaire de plus de 1,5 milliard d’€ par an dont l’État n’a pas les moyens.