"Bienvenue sur mon site !"

Patrice Martin-Lalande

Député de la 2ème circonscription de Loir-et-Cher
Président du Pays de Grande Sologne

[Communiqué] Une étude qui ne rend qu’en partie compte du travail des députés à l’Assemblée

une-seance-dans-l-hemicycle-de-l-assemblee-nationale

Une étude qui ne rend qu’en partie compte du travail des députés à l’Assemblée

La Nouvelle République vient de publier un article rendant compte de l’étude un “classement de l’influence des députés publiée par l’agence en communication d’influence Rumeur Publique.

Les Loir-et-chériens peuvent le constater : Denys Robiliard, Maurice Leroy et moi, nous bossons fort tous les trois, chacun dans un positionnement différent et selon les moyens dont il dispose !

Le “classement de l’influence à l’Assemblée nationale” rend compte de la mission principale que nous ont confié les électeurs : le travail législatif.

Mais ce classement repose uniquement sur le nombre des amendements adoptés et le nombre de rapports publiés. Or un député de l’opposition, puisqu’il est par définition minoritaire, réussit rarement à faire adopter ses amendements. Contrairement à un député de la majorité. C’est logique.

Pour ma part, j’ai déposé de nombreux amendements au cours de cette 14ème législature, notamment sur l’internet, les médias, la viticulture, la sécurité, la fiscalité et la chasse. Peu ont été adoptés, y compris lorsque leur objectif était partagé par la majorité qui préférait alors déposer son propre amendement. On peut le regretter, mais c’est le “jeu” parlementaire.

Pour tenir compte de cette différence objective de situation, il faut distinguer les députés de la majorité et les députés de l’opposition. Parmi les députés Les Républicains, j’occupe la 49ème place sur 199, arrivant ainsi dans le premier quart des députés de l’opposition “les plus influents” à l’Assemblée nationale !

De plus, à la différence des autres commissions, la Commission des affaires étrangères à laquelle j’appartiens effectue un travail législatif singulier puisque les projets de loi de ratification des accords internationaux ne font généralement pas l’objet de modifications par voie d’amendements. Ils sont adoptés ou rejetés sans être amendés. Autrement dit, les Commissaires aux affaires étrangères ne déposent pas d’amendements pour l’essentiel de leur travail en Commission.

J’ai par ailleurs déposé 7 rapports législatifs : 3 rapports sur le budget de l’audiovisuel extérieur de la France, 2 rapports d’information au terme des missions que j’ai présidées pendant 1 an chacune sur la Chine puis sur l’Amérique latine, 1 rapport sur le projet de loi autorisant l’approbation de l’accord entre la France et le Canada sur la mobilité des jeunes, et 1 rapport sur ma proposition de loi créant des objectifs régionaux de d épenses d’assurance maladie (ORDAM).

Les classements de l’influence “dans la presse” et “sur les réseaux sociaux” rendent compte d’une mission du député complémentaire de l’action : la communication.

J’adresse régulièrement des communiqués à la presse et je tiens à jour un site internet ainsi qu’un compte et une page Facebook. Mais j’ai délibérément renoncé au cours de la législature à alimenter mon compte Twitter pour réserver ce temps à mon action législative et à mon travail en circonscription.

Sur un plan plus général, je me suis enfin battu pour garantir l’influence collective du Parlement à l’ère numérique. J’ai ainsi déposé et promu en 2016 une proposition de loi organique, cosignée par plus d’une cinquantaine de députés, visant à généraliser la consultation publique en ligne sur les textes de loi avant leur examen par le parlement. Les propositions de loi ne sont malheureusement pas prises en compte dans ce classement de l’influence à l’Assemblée nationale …

Patrice Martin-Lalande

Député de Loir-et-Cher