"Bienvenue sur mon site !"

Patrice Martin-Lalande

Député de la 2ème circonscription de Loir-et-Cher
Président du Pays de Grande Sologne

Discussions du PLF et du PLFSS pour 2015 : retrouvez l’ensemble des interventions de PML

L’Assemblée nationale discute et vote en cette période budgétaire des mois d’octobre et de novembre le « projet de loi de finances de l’Etat » (PLF) et « le projet de loi de financement de la Sécurité sociale » (PLFSS).

Dans le cadre de ces discussions, Patrice Martin-Lalande est intervenu* sur un certain nombre de questions touchant très directement le département de Loir-et-Cher :

  • L’accompagnement social des personnels et la remise en état du site après la décision gouvernementale de fermeture en 2017 du Dépôt de munitions de Salbris (texte & vidéo). Patrice Martin-Lalande rencontrera le Ministre de la Défense le 17 décembre pour approfondir ses réponses et obtenir des garanties. Il sera accompagné par le sénateur Jeanny Lorgeoux et par le maire de Salbris et président de la communauté de communes Olivier Pavy.

  • Le financement de la PAÏS qui doit améliorer les conditions d’exercice, et donc la présence, de médecins généralistes en Vallée du Cher et en Sologne (texte & vidéo).

  • Le choix du tracé de la LGV POCL au sud d’Orléans, soit le tracé « Ouest » sur l’agglomération orléanaise et sur 70 km en pleine Sologne ; soit le tracé « Médian », plus à l’Est, comme Patrice Martin-Lalande le demande depuis 2 ans (texte & vidéo).

  • Le financement de la recherche pour sauver le vignoble des maladies du bois qui détruisent jusqu’à 20% des cépages en Loir-et-Cher et ailleurs (texte & vidéo).

Bien évidemment, au-delà de ces interventions prioritaires pour le département de Loir-et-Cher, Patrice Martin-Lalande est aussi intervenu dans ces discussions budgétaires sur un certain nombre d’enjeux et de questions nationales :

  • La préservation du principe d’universalité des allocations familiales (amendements), la réforme du congé parental, le maintien de la prime de naissance à partir du 2ème enfant et la consolidation de l’âge de 14 ans pour la majoration des allocations familiales (amendements).

  • Le maintien du dispositif de l’exonération de la part salariale des cotisations sociales dont bénéficient pendant 1 mois / an les salariés embauchés comme saisonniers agricoles pour les vendanges (amendement).

  • L’exonération d’impôt sur le revenu du salaire différé de l’héritier de l’exploitant agricole (amendements).

  • Le prêt à taux zéro pour les personnes en situation de handicap (amendements).

  • Le rétablissement d’un droit de timbre et de l’agrément préalable pour l’Aide Médicale d’Etat AME (amendements).

  • La mise en place de 3 jours de carence dans la fonction publique (amendements).

  • Le rétablissement de la bourse au mérite (amendement).

  • L’accroissement de la contribution des sociétés d’autoroute à l’effort financier national (amendement).

  • L’action audiovisuelle extérieure de la France comme rapporteur pour avis de la Commission des affaires étrangères (le rapport, le texte & la vidéo).

  • L’avenir de l’industrie et des emplois du jeu vidéo en France (le texte & la vidéo).

  • Le renforcement du Crédit Impôt Emploi Compétitivité (CICE) en faveur du secteur du tourisme dans les DOM (le texte & la vidéo).

Au final, Patrice Martin-Lalande et ses collègues du Groupe UMP ont essayé de faire valoir un certain nombre de principes, d’idées et d’arguments qui n’ont pas été retenus par un Gouvernement et une majorité bloqués sur leurs mauvais choix pour le pays.

C’est pourquoi, ils ont décidé de voter “contre” le PLF et le PLFSS 2015 du Gouvernement et de sa majorité parlementaire :

  • « contre » le PLF, notamment parce qu’il révise à la baisse les objectifs de réduction des déficits publics pour les années 2014 à 2017, propose une baisse des impôts en trompe l’oeil et n’ambitionne de réaliser des économies qu’en « tendance » (pour le Gouvernement, faire des économies consiste à dépenser moins que ce qui était initialement prévu si on avait suivi le rythme de la hausse tendancielle des dépenses …) ;

  • « contre » le PLFSS, notamment parce que jamais un Gouvernement ne s’était fixé un objectif aussi peu ambitieux de réduction des déficits de la Sécurité sociale et parce que le retour à l’équilibre est repoussé à 2018 voire 2019. De plus, n’ayant pas le courage d’entreprendre les réformes qui s’imposent, la majorité a décidé de s’attaquer une fois de plus à ses bouc-émissaires, cette année encore, que sont les familles avec des enfants en bas âge.

 

* Petit détail technique pour mieux comprendre les vidéos de séance : les interventions des députés sont strictement limitées à 2 minutes, ce qui rend difficile de développer pleinement les questions posées et qui oblige à les lire pour aller suffisamment vite !