Comment assurer l’avenir du jeu vidéo en France et en Europe ? Parlementaires et professionnels réfléchissent ensemble aux solutions possibles

Mercredi 9 juillet, Patrice Martin-Lalande et trois collègues– la députée Corinne Erhel, la sénatrice Catherine Morin-Desailly et le sénateur André Gattolin – ont organisé un petit-déjeuner de travail parlementaire sur l’avenir du jeu vidéo en France et en Europe.

 

Alors que la France est considérée comme un des pays les plus créatifs au monde dans l’industrie du jeu vidéo, elle a perdu plus de 10 000 emplois directs et indirects dans ce secteur cette dernière décennie.

Face à cet insupportable paradoxe, les parlementaires mobilisés pour l’avenir du jeu vidéo ont invité le Syndicat national du jeu vidéo (SNJV), des chefs d’entreprise du secteur et des représentants des ministres concernés pour faire le point sur la mise en œuvre des mesures qui avaient été prises en 2013 après une rencontre similaire, notamment l’adaptation du crédit d’impôt jeu vidéo (CIJV) aux nouvelles conditions de production et la création d’un fonds d’avance participative pour les entreprises françaises du jeu vidéo.

 

Le constat partagé à la fois par les parlementaires et les professionnels est sans appel : il faut accélérer l’adaptation de ces mesures pour sauver l’industrie française du jeu vidéo, une industrie en plein développement, créatrice d’emplois et qui représente un atout pour la France dans la mondialisation économique et culturelle.

 

photo_PDJ_JV_09072014

 

Retrouvez l’article du Figaro sur le petit déjeuner jeux vidéo :

20140724_Le_Figaro_La_reforme_du_CIJV_patine